Par le Général Christian Houdet – Pour bvoltaire.fr – Lundi 21 octobre 2019 – Source

Gabrial Attal, secrétaire d’État en charge de la Jeunesse, a annoncé qu’environ 30.000 jeunes participeraient, l’an prochain, à la deuxième édition du service national universel (SNU). On en attendait 40.000. Réaction du général (2s) Christian Houdet.

Ils devaient être 40.000. Ils seront finalement 30.000 à suivre le service national universel (SNU). Peut-on conclure à un succès modéré ?

C’est une bonne idée de motiver les jeunes, alors qu’on subit une véritable décohésion nationale. C’est une bonne idée d’élargir ce test à tous les départements en prenant des volontaires provenant de toute la France.
Toutefois, cette montée en puissance n’est pas budgétisée. Et c’est là que le bât blesse. On prévoit 30 millions d’euros sur le projet de loi de finances au ministère de l’Éducation nationale, alors que si on devait avoir l’argent pour 30.000 hommes et femmes, il en faudrait le double.
Les prévisions sont donc sous-évaluées. J’ai l’impression qu’on ne va pas aussi vite que prévu.
L’intégration de 800.000 jeunes au SNU avait été évaluée à 1,5 milliard. Tout le monde sait que cette enveloppe est largement sous-estimée. Je ne vois pas, donc, comment on pourra faire si, dès à présent, on ne met pas les budgets sur la table. Je ne vois pas comment l’Éducation nationale va consacrer de l’argent sur cette affaire-là, alors qu’on ne lui en rajoute que très peu.

On a vu les uniformes et on en a eu l’idée générale, mais concrètement, on a très peu d’éléments. À quoi ces jeunes seront-ils occupés et quelle sera la mission des encadrants ?

S’agissant de l’encadrement, l’armée de terre va être mise à contribution alors qu’elle est déjà suremployée, éreintée et sous-équipée, comme l’a dit le chef d’état-major des armées.
En outre, cela fait renaître un petit courant antimilitariste. Cet aspect du SNU ne fait, en effet, pas l’unanimité parmi les syndicats et autres associations de jeunes. Avons-nous vraiment besoin de faire renaître cette flamme antimilitariste au moment même où les soldats font beaucoup d’effort pour protéger le territoire national ?

Considérez-vous que le jeu n’en vaut pas la chandelle ?

Je ne dirai pas cela. C’est mieux que rien. Pour autant, on ne met pas le paquet prévu. Cette colonie de vacances sans moniteur ne suffit pas. On a besoin de quelque chose de solide, dans un contexte de surchauffe d’une France qui s’archipélise et d’une insécurité qui augmente.
Ça ne suffit pas, il faut beaucoup plus.