Par Michel CABIROL – pour latribune.fr – 11 juin 2018 – Source

Selon des sources concordantes, Berlin serait sur le point de renoncer au programme en commun sur le missile tactique franco-allemand MAST-F destiné à armer les hélicoptères Tigre allemands et français.

Décidément les coopérations européennes en matière d’armement ne sont jamais un long fleuve tranquille… Selon des sources concordantes, l’Allemagne serait sur le point de claquer la porte à la France sur le programme de missile air-sol terrestre futur (MAST-F) destiné à armer l’hélicoptère de combat Tigre (Standard 3) et qui sera développé par MBDA. Au sein du missilier, le projet s’appelle European Modular Missile (EMM). Berlin aurait déjà averti la direction générale de l’armement (DGA) de sa volonté de ne pas s’engager sur ce programme commun au profit d’une germanisation par Diehl du missile israélien Spike, qui n’équipe même pas… les hélicoptères de Tsahal, qui lui préfère le missile américain Hellfire pour ses AH-64 Apache.

Pour autant, le Conseil franco-allemand de défense et de sécurité du 19 juin sera décisif en la matière. Seule une décision politique à ce niveau peut valider le choix allemand, espère-t-on encore chez MBDA, qui reste confiant sur le lancement du MAST-F en franco-allemand. La feuille de route franco-allemande arrêtée le 13 juillet 2017 prévoyait l’étude du missile franco-allemand, l’Espagne pouvant ultérieurement se joindre à ce programme. Berlin s’était engagé après avoir pourtant déjà longuement hésité. Ce conseil, qui avait notamment validé le principe de lancer le programme de système de combat aérien du futur (SCAF), avait été qualifié d’historique dans le domaine de la coopération franco-allemande en matière d’armement.

La France et l’Allemagne avaient convenu en juillet 2017 « de mettre en place un cadre de coopération pour le prochain standard de l’hélicoptère Tigre, ainsi que pour un programme commun de missiles tactiques air-sol », avait expliqué l’Elysée à l’issue du Conseil franco-allemand.

Camouflet allemand ?

Si Berlin actait le 19 juin son refus de participer à ce programme, ce serait un véritable camouflet pour la France, qui fait beaucoup d’efforts pour l’Europe de la défense, et pour MBDA, qui s’est quant à lui beaucoup investi pour lancer ce programme. Si cette décision était confirmée, cette défection mettrait en péril le programme lui-même en réduisant mécaniquement la cible de missiles. Les commandes de MAST-F devant être passées en 2023, une décision par la France doit donc être prise en 2018 sur le choix du missile : Brimstone, Hellfire ou MAST-F?

« Quant au futur missile qui équipera le Tigre ce ne sera pas forcément un produit MBDA, a d’ailleurs récemment indiqué à l’Assemblée nationale le général Charles Beaudouin, sous-chef d’état-major chargé des plans et des programmes de l’état-major de l’armée de Terre. Un choix doit être effectué entre le Brimstone anglais, le Hellfire américain ou une extrapolation du missile de moyenne portée de MBDA ».

L’EMM, missile tactique air-sol, développé à partir de briques technologiques de deux missiles de MBDA – MMP (français) et PARS 3 (allemand) -, doit remplacer les missiles Hellfire II (France) et HOT ou AC3G/LP (Allemagne). Ce missile sera doté d’une capacité de neutralisation de combattants, de cibles blindées et d’infrastructures, de jour comme de nuit jusqu’à 8.000 mètres. Il remplacera notamment le missile Hellfire 2 équipant actuellement les Tigre. Berlin, qui était très hésitant, avait finalement rejoint Paris sur la modernisation de l’hélicoptère d’attaque franco-allemand.